Le cri

Il y a un an je commençai avec Daphné le processus d’acquisition de la citoyenneté israélienne, un peu confuse et incrédule.

Je crois que j’ai voulu une page blanche, l’opportunité de faire table rase et de réécrire l’histoire avec de nouvelles données.  Je crois que je voulais m’inspirer de l’énergie et me confronter au souffle chaud de la fournaise, en prenant le risque d’être brûlée par le vent violent. Je crois que je n’en pouvais plus des couleurs fades et passées et que je voulais me projeter dans la vie.

C’est d’abord et surtout la puissance d’une amitié qui a fait jaillir l’aventure, et sans le courage, l’esprit et la pugnacité de ma lumineuse Daphné, je serais peut-être restée sur le quai à guetter la juste saison pour le départ.

C’est toi Daphné mon point de départ et pour ceci je te remercie. Tu as mis de la lumière et de la tendresse, comme tu sais si bien le faire.

Les souvenirs d’une autre vie, les photos jaunies, les espoirs perdus, les anecdotes et les légendes, c’est peut-être l’élan fou de ce désir enfoui. Comme si je retrouvais quelque chose qui ne m’appartenait pas et que je ne savais pas avoir perdu, et que finalement je me rendais compte que cette nostalgie avait toujours fait partie de moi.

J’ai solidifié les bases et redessiné mes contours.

Je me suis étonnée des différences et des contradictions, j’ai trouvé tout nouveau, exaltant et effrayant, j’ai pris peur puis je me suis sentie pleine de vigueur, d’une détermination brute.

Je me suis installée et je suis tombée amoureuse comme un cavalier au galop qui emporte tout sur son passage, je me suis rendue ivre de gestes et de couleurs. Je me suis entourée d’étreintes contre lesquelles je ne me débats plus, je me suis serrée dans des bras et je me suis sevrée du manque.

Mon histoire est un grand voyage, mais sur cette terre j’ai planté des graines, j’ai tissé des liens et des lianes, j’ai fondé des amitiés : certaines sont de jeunes pousses, d’autres sont déjà des arbres en fleur.

J’ai pris une grande inspiration, j’ai happé de l’air à grandes goulées et j’ai crié de toutes mes forces.

A la chance et à la vie! A tout ce qui commence!

dav

4 réflexions sur “Le cri

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s